Gérer le trafic ferroviaire

Tous les jours, des milliers de trains circulent sur nos voies. Par exemple, 1100 trains circulent chaque jour entre Bruxelles-Nord et Bruxelles-Midi. Une régulation performante, efficace et en toute sécurité du trafic ferroviaire est donc une nécessité absolue.

1. Comment réguler le trafic ferroviaire ?

Les trois éléments les plus importants dans la régulation du trafic ferroviaire sont :

  • les signaux lumineux et les panneaux bordant les voies que le conducteur de train doit respecter
  • les postes de signalisation qui commandent les signaux et les aiguillages et tracent ainsi un itinéraire sûr pour chaque train
  • le Traffic Control, qui pilote le trafic ferroviaire en cas de retards, de dérangements, d’accidents et d’incidents.  

2. Piloter le trafic ferroviaire en toute sécurité

Les postes de signalisation régulent le trafic au niveau régional

Ils tracent l’itinéraire du train du point A vers le point B, suivant les horaires ou après concertation avec le Traffic Control. Ils mettent les aiguillages dans la bonne position et commandent les signaux, de telle sorte que les trains soient guidés vers la voie prévue. 
En cas d’accident, de situation dangereuse ou de travaux dans les voies, les postes de signalisation prennent des mesures pour éviter que des trains ne se retrouvent sur la voie en travaux ou sur le site d’un incident. Ils peuvent ainsi assurer la sécurité des voyageurs et du personnel dans et autour des voies.  

Un pilotage du trafic de haute technologie

Un projet de modernisation des postes de signalisation est en cours depuis quelques années. Dans quel but ? Rendre la régulation du trafic encore plus sûre et plus performante en concentrant les postes de signalisation commandés manuellement dans quelques postes de signalisation ultramodernes. 

Les nouveaux postes de signalisation utilisent la technologie moderne EBP- PLP (Poste de commande électronique - Poste à Logique Programmée). Ce système propose pour chaque train un itinéraire à accepter ou à adapter par l’opérateur. L’opérateur n’a donc plus besoin d’encoder manuellement toute une série de données. De tels processus de décision assistés par ordinateur rendent la circulation des trains plus sûre et plus efficace.

Ces systèmes sont conçus pour aider nos collaborateurs, pas pour les supplanter. En effet, dans certaines situations, les interventions humaines resteront toujours primordiales.

Le Traffic Control coordonne le trafic ferroviaire au niveau national

Il pilote la circulation des trains en cas de retards, de dérangements, d’accidents et d’incidents et reste en contact permanent avec les postes de signalisation et les conducteurs de train.

Comment réguler le trafic ferroviaire après un incident ?

1.     Le Traffic Control assure la coordination. Après concertation avec le poste de signalisation, il décide quel train peut partir en premier lieu ou quel train doit changer de voie, quel train est supprimé, etc.

2.     Ensuite, le poste de signalisation trace un itinéraire adapté pour les trains en question. Il oriente les aiguillages dans la bonne direction et règle les signaux. La sécurité du trafic est ainsi garantie et, en principe, aucun train ne peut arriver en même temps qu’un autre sur la même voie, que ce soit de la droite ou de la gauche. 

Communication de sécurité

La communication de sécurité entre les postes de signalisation, le Traffic Control et les conducteurs de train est cruciale pour faire circuler les trains en toute sécurité.

Pour cette communication, on utilise dès lors l’alphabet OTAN. Supposons qu’un conducteur de train ait un souci et qu’il appelle le Traffic Control. Il se trouve devant le signal N 16. Sans l’alphabet OTAN, le Traffic Control pourrait pour le même prix comprendre M 16, s’exposant ainsi à des situations dangereuses. Le conducteur de train utilisera l’alphabet OTAN pour indiquer qu’il se trouve devant le signal « Novembre Un Six », rendant de cette manière tout malentendu impossible

ZOOM

Nato alphabet

3. Les signaux et les panneaux le long des voies

Les postes de signalisation communiquent avec le conducteur de train via les signaux bordant les voies. Ce dernier sait ainsi quand il doit s’arrêter ou poursuivre sa route.

Voici les feux de signalisation les plus importants : 

•    si le feu est vert, le train peut poursuivre sa route
•    si le feu est rouge, le train doit s’arrêter
•    un signal présentant deux feux jaunes annonce que le signal suivant pourrait être rouge et que le conducteur de train doit donc ralentir.

ZOOM

Deux feux jaunes

Il existe encore d’autres combinaisons de ces feux qui imposent des limitations supplémentaires aux conducteurs de train.

Notons également différents panneaux le long de la voie qui fournissent au conducteur de train des indications ‘fixes’ supplémentaires concernant son trajet. Il s’agit par exemple des panneaux de vitesse qui indiquent la vitesse autorisée du train.

ZOOM

Panneau de vitesse

Signalisation de cabine

La « signalisation de cabine » est de plus en plus répandue. Le conducteur de train reçoit toutes les informations pertinentes sur un écran à bord du train. 

En savoir plus sur ces systèmes

En toute sécurité de A vers B

Aux abords des gares ou autour des aiguillages, les signaux sont toujours pilotés par les postes de signalisation. Mais là où il n’y a pas de gares ni d’aiguillages, ou si le train doit tout simplement continuer tout droit, c’est le mouvement du train qui pilote les signaux.

Ce que cela signifie concrètement ? Le réseau ferroviaire dans son ensemble est divisé en sections ou en zones où seul un train peut circuler à la fois. Dès que le train se met en mouvement, il délimite une zone en entraînant le passage des signaux au rouge pour les autres trains. Par conséquent, aucun autre train ne peut pénétrer dans cette zone.
Nous empêchons ainsi deux trains circulant dans la même direction et sur la même voie de se rattraper et de se percuter. 

Pour éviter que deux trains circulant en sens inverse ne se retrouvent sur la même voie, l’un des deux sens de circulation est en outre bloqué. Les signaux passent tous au rouge dans ce sens de la circulation.

Un dérangement ou une panne ne peut naturellement pas provoquer une situation dangereuse non plus. Si quelque chose ne fonctionne pas bien sur un signal, il passera toujours automatiquement au rouge, même s’il n’y a pas d’autre train à proximité. Tant que nous ne sommes pas sûrs que le signal fonctionne de nouveau correctement, le conducteur de train ne pourra redémarrer qu’après l’autorisation formelle de la cabine de signalisation.