L'infrastructure ferroviaire

En tant que gestionnaire de l'infrastructure, Infrabel est responsable de l'infrastructure ferroviaire. Cette infrastructure est composée de toutes les installations fixes nécessaires pour faire fonctionner les véhicules ferroviaires et assurer la sécurité du trafic. En d'autres termes : les voies, les caténaires, les ouvrages d'art, la signalisation, les passages à niveau, etc. L'infrastructure ferroviaire en bref :

1. Les voies
2. Les appareils de voie
3. La signalisation
4. La caténaire
5. Les sous-stations
6. Les ouvrages d'art
7. Les passages à niveau

1. Les voies

Les voies et l'assiette de voie constituent la base sur laquelle roulent les trains. Les rails sont en acier et guident les roues des trains. En Belgique, l'écartement normal des rails est de 1 435 mm, mesuré entre les faces internes des bourrelets de rail. Ils reposent sur un revêtement de granulats, également appelé ballast. Ce système permet de supporter et de répartir au sol la charge engendrée par le passage d'un train, afin que la voie reste toujours stable. Les traverses servent à assurer un écartement des rails constant et à transmettre la charge aux granulats. Auparavant, les traverses étaient en bois et les lignes ferroviaires étaient composées de rails courts soudés les uns aux autres. La situation est désormais bien différente : aujourd'hui, nous fixons les voies à l'aide de traverses en béton et nous utilisons de longs rails sans jonction, aussi appelés des longs rails soudés. Résultat : une plus grande durabilité, une réduction du bruit et des vibrations et un meilleur confort pour les voyageurs.

2. Les appareils de voie

La Belgique possède l'un des trafics ferroviaires les plus denses au monde. Les voies doivent pouvoir se croiser et se rejoindre à de très nombreux endroits. Les aiguillages et croisements permettent d'assurer toutes les liaisons possibles. Un aiguillage se compose de lames d'aiguilles mobiles qui assurent le changement de voie. Les aiguillages sont contrôlés de manière centrale depuis les cabines de signalisation.

Tous les appareils de voie et aiguillages sont conçus, fabriqués et assemblés dans l'atelier de Bascoup. Un travail de précision de haut niveau est requis : un dixième de millimètre peut faire toute la différence. L'atelier de Bascoup ne fournit pas seulement des appareils de voie pour le réseau ferroviaire belge, mais aussi pour certaines sociétés de transport urbain et certains clients étrangers. La vidéo illustre le processus de production des appareils de voie, de la commande au placement.

3. La signalisation

La signalisation est nécessaire pour garantir la sécurité du réseau ferroviaire. Grâce à ces installations, le conducteur reçoit les indications dont il a besoin pour conduire le train en toute sécurité. La signalisation a pour but d'éviter les collisions entre les trains et de faire respecter la vitesse autorisée.

Cabines de signalisation

Si les signaux devaient auparavant être commandés manuellement, la plupart des cabines de signalisation sont aujourd'hui équipées d'une technologie moderne qui permet de commander les signaux par ordinateur. Cette technologie PLP (Poste à logique programmée) propose un itinéraire pour chaque trajet et chaque train. Le signaleur peut accepter ou modifier cet itinéraire, en fonction des circonstances. Cette technologie permet un gain de temps important et garantit également un trafic ferroviaire plus sûr et une gestion du trafic plus efficace. 

En 2005, le réseau ferroviaire comptait encore de nombreuses cabines de signalisation locales. Infrabel concentre ces cabines de signalisation dans des centres de dispatching modernes, équipés des technologies les plus avancées. Cette concentration doit améliorer tant la sécurité que la ponctualité. L'objectif est qu'il ne reste plus que 10 centres de contrôle hypermodernes d'ici à 2022.

Les signaux lumineux

Les signaux lumineux sont le moyen de communication entre le signaleur et le conducteur de train. Les signaux transmettent aux conducteurs les instructions nécessaires pour parcourir leur trajet en toute sécurité. Il existe un signal rouge, un signal vert, un signal double jaune et un signal blanc. Par ailleurs, ils peuvent également être combinés à un chiffre lumineux et à d'autres indications.

Les panneaux de signalisation

Les panneaux de signalisation sont des indications fixes situées le long de la voie pour imposer des limitations de vitesse.

La signalisation de cabine

Grâce à la signalisation de cabine, le conducteur peut consulter toutes les indications sur un écran à bord du train. La vitesse du train est contrôlée de manière continue par ces systèmes et en cas de vitesse trop élevée, le train est automatiquement freiné. Ces systèmes remplacent la signalisation le long des voies. En Belgique, le système ETCS sera progressivement généralisé. Des versions plus simples de ce système ont aussi été installées sur le réseau belge en vue d'offrir une assistance à la conduite des trains : les crocodilesTBL1 et TBL1+. Ces systèmes augmentent la sécurité du trafic ferroviaire.

4. La caténaire

La caténaire, ou fil de contact, alimente les trains en électricité. Le pantographe du train est en contact avec la caténaire et capte ainsi l'électricité nécessaire pour faire avancer le train. En Belgique, la caténaire est alimentée par des sous-stations présentant une tension de 3 000 volts de courant continu. Pour les trains à grande vitesse, on utilise une tension de 25 000 volts de courant alternatif. La caténaire est composée de 2 fils de contact tendus à l'aide de poids situés de part et d'autre de chaque section. Afin d'éviter que les pantographes ne s'usent toujours au même endroit du fait du contact avec le fil de contact, les fils sont suspendus en zigzag.

5. Sous-stations

Dans les sous-stations, l'énergie électrique acheminée par les fournisseurs est convertie à la tension souhaitée et distribuée sur le réseau. L'énergie est produite sous un courant alternatif sous haute tension (11 000 à 70 000 volts) et est commutée en courant continu de 3 000 volts.

Top

6. Ouvrages d'art

Un ouvrage d'art est une construction qui permet à une voie ferrée de franchir certains éléments du relief ou de croiser le trafic routier sans être gêné. Il s'agit des pontstunnelsviaducs, mais également des murs de soutènementponceauxcouloirs sous voies, etc. Le réseau ferroviaire belge compte quelque 4 800 ponts, 2 500 murs de soutènement et 132 tunnels.

 

7. Passages à niveau

Un passage à niveau est un croisement d'une ligne ferroviaire et d'une route situés au même niveau. Pour garantir la sécurité du trafic routier, les passages à niveau sont dotés de divers équipements de sécurité, en fonction du type de passage à niveau:

  • Croix de Saint-André
  • Feux
  • Barrières
  • Signal sonore

En l'absence de trafic ferroviaire, les feux rouges sont éteints et les feux blancs sont allumés. Les barrières sont alors relevées. Dès qu'un train approche du passage à niveau, les feux rouges s'allument et un signal sonore retentit. Les barrières s'abaissent. Une fois les barrières abaissées, le signal sonore s'arrête.

Infrabel s'efforce de supprimer et de remplacer autant de passages à niveau que possible. Ils constituent en effet toujours un risque pour les usagers de la route imprudents ou distraits.

Plus d'informations sur les passages à niveau