Des sanctions administratives contre les comportements dangereux - 29/03/2018

Chaque jour, plus de 6h de retard sont enregistrées sur notre réseau en raison d’individus qui se promènent le long des voies ou traversent là où ce n’est pas autorisé. Infrabel se réjouit du vote, ce jeudi 29 mars, du projet de loi sur les sanctions administratives qui vise à lutter contre ces comportements.

Depuis de longues années, Infrabel prend des mesures pour lutter contre les comportements dangereux aux abords du domaine ferroviaire. Ces mesures sont essentiellement axées sur la prévention : sensibilisation, pose de clôtures… Mais, face à des chiffres en constante progression – une hausse des retards de 19% et hausse du nombre de faits rapportés de 16% entre 2016 et 2017 – ces dispositions ne suffisent plus. Elles doivent être accompagnées par davantage de mesures répressives.

C’est avec satisfaction que notre entreprise accueille le vote, intervenu à La Chambre, ce jeudi 29 mars, d'un projet de loi visant à renforcer les outils de lutte contre le « trespassing » et le sentiment d’impunité propre à ce type de comportement. Infrabel remercie le Gouvernement pour son initiative dans ce dossier.

Concrètement, à l’avenir, certains membres du personnel d’Infrabel seront autorisés, aux côtés d’agents de la Police fédérale des chemins de fer et d’agents SNCB, à sanctionner ces comportements interdits et dangereux. Une telle évolution, doublée de sanctions très dissuasives (300€ portés à 500€ pour les récidivistes), permettra de lutter avec encore plus d’efficacité contre un phénomène devenu, et de loin, la première cause de retards des trains dus au tiers.

Infrabel espère que l’annonce de l’entrée en vigueur de ces sanctions administratives contribuera également à une prise de conscience de la part des auteurs qui sous-estiment les risques. En 2017, 7 personnes ont perdu la vie et 7 autres ont été blessées grièvement après s’être aventurées sur le domaine ferroviaire.