Un nouveau système de ventilation pour la Jonction Nord-Midi - 26/06/2018

Les travaux de modernisation de la jonction ‘Nord-Midi’ de Bruxelles tournent à plein régime. Dans les semaines à venir, le système de ventilation sera totalement renouvelé. L’installation des nouveaux ventilateurs est une étape - impressionnante - dans la mise aux normes les plus strictes de la jonction ferroviaire inaugurée en 1952.

Lors de sa conception, le tunnel de la jonction, qui fait environ 2 km de long, a été équipé de 3 unités de ventilation . Chaque unité contient 3 à 5 ventilateurs d’un diamètre de 3 mètres. Ce système assure la circulation et la qualité de l’air depuis la mise en service de l’ouvrage d’art en 1952.

Ventiler et évacuer

Ces ventilateurs ne permettaient toutefois pas d’évacuer les fumées en cas d’incendie. Dans le cadre de la modernisation de la jonction, Infrabel, par le biais de sa filiale TUC RAIL, a entrepris le remplacement de cette ventilation par un dispositif de type ‘réversible’, 6 fois plus puissant (315kW/turbine), qui souffle et aspire l’air et les fumées. Un grand plus en cas d’incendie dans le tunnel.

Ces travaux de remplacement ne sont pas une mince affaire car, en raison de leur grande taille, les anciennes turbines doivent être découpées au chalumeau sur place. Une fois cette opération réalisée, les nouvelles turbines sont acheminées pièce par pièce et assemblées sur le site. La mise en service complète est prévue pour fin 2018, après une batterie de tests.

Rénover, sécuriser, pérenniser

La rénovation de la jonction a été entamée en 2014. Le but de cette modernisation est de mettre l’ouvrage d’art historique aux normes actuelles strictes en termes de sécurité d’exploitation. A côte du remplacement de la ventilation, cette modernisation englobe également le remplacement de la caténaire, le cloisonnement des 3 pertuis, une nouvelle signalisation, la construction de 3 nouveaux accès de secours (le tunnel en compte 5 au total) ainsi que la pose de 4 km de nouvelles conduites d’eau a très haut débit pour les pompiers, d’un nouvel éclairage, de caméras de détection d’intrusion, l’aménagement de 11 km de chemins de service pour l’évacuation ou encore l’installation de téléphones.

Ce chantier qui s’achèvera fin 2018, a été principalement effectué de nuit ou le week-end (afin de limiter l’impact sur le trafic ferroviaire et les voyageurs) et n’aura eu pratiquement aucune répercussion sur la régularité des trains.