51 accidents aux passages à niveau en 2017 - 02/03/2018

Malgré les mesures prises par Infrabel en matière de sécurisation et de sensibilisation du public, 9 personnes ont perdu la vie à un passage à niveau en 2017. Au total, 51 incidents majeurs ont été recensés. L’imprudence et le non-respect du code de la route sont les premières raisons de ces drames évitables.

Passage à niveau - Anvers

Moins de passages à niveau

Année après année, le nombre de passages à niveau ne cesse de diminuer en Belgique. Depuis 2005, 335 passages ont été supprimés par Infrabel. Au 1er janvier 2018, notre pays compte quelques 1.737 passages contre 2.072 en 2005. Il s’agit d’une baisse notable menée dans le cadre d’une politique visant à sécuriser davantage le réseau. 95% des passages à niveau public sont équipés d’une signalisation dite « active ». Celle-ci comporte des feux, une sonnerie et/ou des barrières.

Des riverains souvent impliqués

Année après année, le nombre de passages à niveau ne cesse de diminuer en Belgique. Depuis 2005, 335 passages ont été supprimés par Infrabel. Au 1er janvier 2018, notre pays compte quelques 1.737 passages contre 2.072 en 2005. Il s’agit d’une baisse notable menée dans le cadre d’une politique visant à sécuriser davantage le réseau. 95% des passages à niveau public sont équipés d’une signalisation dite « active ». Celle-ci comporte des feux, une sonnerie et/ou des barrières.

Une influence sur la ponctualité

L’impact de ces drames dépasse largement le cadre local. Chaque incident est la source de perturbation et de retard pour le trafic ferroviaire. Au total, 55.425 minutes de retard cumulées ont été provoquées par des événements à la hauteur d’un passage à niveau ou dans son environnement immédiat. La moyenne est ainsi de 2h30 par jour. Cela signifie une hausse de plus de 15% comparé à 2017.

Répression et sensibilisation

En 2017, Infrabel a continué à mener de nombreuses actions de sensibilisation pour prévenir les comportements dangereux à la hauteur des passages à niveau. Ces actions visent un large public. Récemment, Infrabel a par exemple organisé une campagne de sensibilisation dans le port d’Anvers. A côté de la sensibilisation, Infrabel apporte aussi son soutien dans le cadre d’actions plus répressives menées en collaboration avec la Police fédérale de Chemins de fer, les Polices locales ou SECURAIL (SNCB).