La L136 partiellement remise en service - 10/07/2017

Luc Lallemand (CEO d’Infrabel) et l’entreprise Carmeuse ont signé un protocole d’accord, prévoyant la remise en fonction d’une ligne déferrée il y a plus de 30 ans, la L136. Ce « nouveau » raccordement permettra à Carmeuse de relier un nouveau site d’exploitation à Hemptinne à son usine de production de chaux  d’Aisemont.

Carmeuse - L136
Une ligne historique

La ligne 136 est une des premières lignes ferroviaires de Belgique, créée au milieu du 19ème siècle. Elle reliait alors Yves-Gomezée à Walcourt, dans le prolongement de la ligne 132. Cette ligne permettait le transport de minerais des carrières de l’Entre-Sambre-et-Meuse vers les usines sidérurgiques. Son démantèlement est survenu au milieu des années 1980, faute de demande de sillons.

L’entreprise Carmeuse, d’origine Belge mais devenue un acteur de premier plan au niveau mondial, possède 5 sièges d’exploitation de calcaire à haute teneur destiné à des usages industriels dans le pays dont 4 sont déjà connectés au réseau ferroviaire. Le futur site d’Hemptinne sera donc le 5ème site ayant accès à la voie ferrée, permettant à Carmeuse d’acheminer les matériaux qui y seront extraits vers son usine  d’Aisemont distante de quelque 35 km.

Ferroviaire et carrières, des métiers complémentaires

L’’extraction de matières premières dans une carrière pose  la question de l’acheminement de ces matières vers le site de transformation si celui-ci n’est pas sur place. A ce titre, le transport ferroviaire se pose comme le partenaire idéal. Prévu pour du transport lourd et fréquent, respectueux de l’environnement, le futur raccordement de Carmeuse permettra d’éviter l’émission de quelque 10.000 tonnes de CO² par an, soit l’équivalent du passage annuel de 100.000 camions.

Des investissements pérennes

Cette complémentarité des métiers de Carmeuse et d’Infrabel trouve son aboutissement dans la pérennisation des investissements réciproques. Grâce à ce « nouveau » raccordement, Carmeuse témoigne de son investissement dans la région pour les 50 ans à venir.

Grâce au projet de Carmeuse, Infrabel pourra renforcer l’utilisation de son infrastructure existante, à savoir la L132 Charleroi-Mariembourg.

3.350 mètres qui feront revivre la L136

La ligne 136 va donc renaître, là où l’on distingue encore l’assiette des voies démontées il y a 30 ans, et ce, sur une distance de 3.350 m. Elle prendra son embranchement sur l’actuelle ligne 132, à proximité d’une carrière déjà existante de l’entreprise Solvay, connue sous le nom « Les Petons  ».

Le Protocole d’Accord intervenu entre Carmeuse et Infrabel prévoit, sauf nouvelle contrainte extérieure, le début des travaux pour le 1er septembre 2019.