Empêcher les vols de câbles

Depuis le début de l’été, Infrabel est confrontée à une vague exceptionnelle de vols de câbles. Une ou plusieurs bandes, lourdement équipées, s’attaquent à notre réseau. Avec 37 incidents de janvier à mai et 116 de juin à septembre, ce sont 3 heures de retard occasionnées chaque jour sur le trafic. Infrabel  entend donc relancer une lutte qui, dans un passé récent, avait porté ses fruits.

Des efforts fructueux… jusqu’à aujourd’hui

Kabeldief

Tout allait pourtant dans la bonne direction. En effet, après une pointe de 1362 vols en 2012, Infrabel  a initié une stratégie pour lutter contre ces vols. Le but du « Plan d’action nationale de lutte contre les vols de câbles », lancé mi-2013, était de fédérer les efforts. Il a ainsi été décidé de renforcer la traçabilité des métaux vendus dans les filières de recyclage, d’accroître la surveillance du réseau, de mettre en œuvre des solutions techniques pour compliquer la tâche des voleurs ou encore de sensibiliser les citoyens. Plusieurs axes d’action avaient alors été définis :

  • Le vote d'une nouvelle loi promulguant l'interdiction des paiements en liquide dans le commerce du cuivre ainsi qu’une information des ferrailleurs sur les câbles typiques utilisés sur le réseau ferroviaire
  • Le renforcement des effectifs de la police des chemins de fer par l'engagement de 100 agents supplémentaires. Cette unité mène des « opérations coup de poing » ciblées, à l'aide d'hélicoptères, en collaboration avec les polices locales.
  • La définition et la délimitation plus claires du métier de « ferrailleur », dans le but de démasquer les commerçants illégaux plus rapidement.
  • L'élaboration par Infrabel et la SNCB-Holding d'actions de sensibilisation à l’attention du grand public.
  • Sensibilisation des parquets, avec la nomination d’un magistrat spécialisé dans cette problématique, pour une poursuite  plus efficace des auteurs          

Le nombre de cas de vols s’en est drastiquement retrouvé réduit : 217 en 2014, 182 en 2015, 126 en 2016 et pas plus de 104 en 2017, soit 10 fois moins de vols sur 5 ans. Le Plan d’action nationale a démontré son efficacité. La volonté des parquets de poursuivre les personnes interpellées non plus pour « vol simple » mais bien pour « entrave méchante à la circulation ferroviaire » (vol aggravé) a aussi permis d’en finir avec le sentiment d’impunité qui prévalait chez bon nombre d’auteurs, qu’il s’agisse de bandes organisées ou de faits plus isolés.

Vous aussi pouvez nous aider

Malgré la recrudescence des vols au cours de ces derniers mois, Infrabel n’abandonne pas les mesures qui ont déjà porté du fruit. Des câbles en aluminium, moins chers donc moins convoités, continuent à être posés en lieu et place du cuivre. Ces câbles sont également mieux protégés. Mais la conscientisation du public à cette problématique est également l’une des clés maîtresses du succès de la lutte.

Infrabel veut inciter le public à se pencher sur les conséquences de ces vols. Non seulement les voleurs de cuivre font perdre de l'argent à Infrabel (et donc indirectement au contribuable), mais ils provoquent également des situations dangereuses sur les voies et à leurs abords, sans oublier les importants retards occasionnés au trafic ferroviaire.

Les riverains vigilants qui tirent la sonnette d’alarme lorsqu’ils sont témoins d’agissements inhabituels aux abords de l'infrastructure ferroviaire permettent d’éviter bien des retards sur le réseau.

Si vous êtes témoin d'un comportement suspect, signalez-le le plus vite possible au 0800/30 230.

Qu'entendons-nous par « situation suspecte » ?

Quelques exemples :

  • Des personnes ou des véhicules non labellisés « Infrabel » ou « Securail » rôdent aux abords des voies.
  • Des bouts de gaines électriques jonchent le sol à proximité des voies.
  • Des personnes marchent le long des voies sans porter de gilet fluorescent.

Tous ces éléments peuvent indiquer la présence (ou le passage récent) de voleurs de cuivre. Dans tous ces cas, nous recommandons un appel téléphonique au 0800/30 230 ou à la police, en composant le 101.

Assistance aux ferrailleurs

En dehors des riverains, Infrabel s'adresse également aux ferrailleurs, victimes eux aussi de ce genre de criminalité. Les ferrailleurs et les entreprises de recyclage belges risquent en effet de faire les frais des vols de câbles, pour peu qu'ils achètent, sciemment ou non, des matériaux subtilisés puisqu’ils sont systématiquement poursuivis pour recel.

Ils peuvent directement informer la police (au numéro d'urgence 101) de toute tentative de vente de câbles d’origine suspecte. Ils aideront ainsi les forces de l’ordre à appréhender les voleurs de câbles et à traiter le problème en profondeur.

Bien entendu, il n'est pas toujours évident pour eux d'identifier l'origine des câbles proposés. C'est pourquoi, dans le cadre du plan national de lutte contre les vols de câbles, Infrabel leur avait envoyé un guide pratique avec photos et descriptions à même de les aider à identifier efficacement et rapidement le cuivre provenant du réseau ferroviaire belge.

Plus de solutions encore

Afin de rendre les vols moins attractifs, Infrabel a commencé à remplacer les câbles de cuivre par des câbles en aluminium. Etant donné la moins bonne  conductivité de ces derniers, il nous faut installer des câbles de plus grosses sections. Les nouvelles installations ne se font donc que là où elles sont techniquement possibles. Cette solution n’est cependant pas la panacée car l’aluminium se corrode beaucoup plus rapidement que le cuivre et demande donc plus d’entretien. De plus, sa valeur étant déterminée sur les marchés, il suffirait que celle-ci augment pour qu’il devienne également la cible des voleurs.

Infrabel est aussi en discussion avec les autorités compétentes pour déterminer comment utiliser des drones pour surveiller le réseau. Cependant, il n’existe pas encore de cadre légal permettant d’utiliser les images enregistrées contre les personnes filmées par les caméras volantes.

Enfin, il nous reste la solution dite du désespoir: le bétonnage des câbles dans leur conduite. Les cuivres sont ainsi inaccessibles aux voleurs. Par contre, ils sont alors également hors de portée pour que nos équipes de maintenance puissent vérifier aisément leur état ou y effectuer des réparations. Nous ne pouvons donc utiliser cette option que dans des cas très exceptionnels.

Beaucoup reste donc à faire. Infrabel est d’ailleurs toujours à la recherche d’idées innovantes et efficaces qui permettraient de réduire voire d’éradiquer ce type de vols et, ce faisant, de diminuer ainsi les retards occasionnés aux trains tout en renforçant encore la sécurité sur notre réseau.