Empêcher les vols de câbles

Le nombre de vols de câbles sur le réseau ferroviaire belge est passé de 1362 en 2012 à 810 en 2015. Cette baisse considérable (-40,5 %) est le fruit de différentes actions ciblées entrant dans le cadre du Plan d'action national contre les vols de câbles : des adaptations techniques, des contrôles renforcés de la part de la police et de Securail, des condamnations de plus en plus lourdes et une législation adaptée, entre autres.

Baisse considérable du nombre de vols de cables

Entre 2009 et 2012, les vols de câbles ont connu une véritable explosion sur le réseau ferroviaire belge (+370 %). Durant cette période, le nombre de faits enregistrés est en effet passé de 290 à 1362. Afin d'enrayer cette évolution funeste, Infrabel et la SNCB-Holding (aujourd'hui dissoute) décidèrent en mai 2013 de mettre en œuvre un Plan d'action national contre le vol de câble. Ce plan, pour lequel s'étaient associés les Cabinets des Ministres des Entreprises Publiques, de l'Intérieur et de l'Économie, ainsi que le secrétaire d'État à la Mobilité, comprenait entre autres les mesures concrètes suivantes :

  • Le vote d'une nouvelle loi promulguant l'interdiction des paiements en liquide dans le commerce du cuivre.
  • Le renforcement de la police des chemins de fer par l'engagement de 100 agents supplémentaires. Cette unité mène des « opérations coup de poing » ciblées, à l'aide d'hélicoptères et en collaboration avec la police fédérale et locale.
  • La définition et la délimitation plus claires du métier de « ferrailleur », dans le but de démasquer les commerçants illégaux plus rapidement.
  • L'élaboration par Infrabel et la SNCB-Holding d'actions de sensibilisation à l’attention du grand public.

Actions contre le vol de cuivre

Des campagnes appliquant une approche ludique

Ce message de campagne se fondait sur trois éléments :

  1. Le message central est le suivant : « Vous êtes témoin d'un vol de câble ? Réagissez promptement en appelant Securail au 0800/30 230. »
  2. De plus, nous voulons inciter le public à se pencher sur une problématique aux conséquences extrêmes. Non seulement les voleurs de cuivre font perdre de l'argent à Infrabel (et donc indirectement au contribuable), mais ils provoquent également des situations dangereuses sur les voies et à leurs abords, sans oublier d'importants retards du trafic ferroviaire.
  3. Le troisième message que nous voulons faire passer, plus implicite, est le suivant : Infrabel et par extension tout le groupe SNCB font grand cas de la ponctualité du trafic ferroviaire et s'attaquent véritablement à toutes les causes de retard, y compris les plus difficiles à maîtriser, comme le vol de câble.​

Riverains en action

Les riverains constituent un groupe cible essentiel pour le signalement du vol de câble. Ils peuvent appeler le 0800/30 230 s'ils sont témoins d'un comportement suspect aux abords de l'infrastructure ferroviaire.

Qu'entendons-nous par « situation suspecte » ?

Quelques exemples :

  • Des personnes munies de cisailles rôdent aux abords des voies.
  • Des bouts de gaines électriques jonchent le sol à proximité des voies.
  • Une camionnette est garée à un endroit inhabituel aux abords des voies.
  • Des personnes marchent le long des voies sans porter de gilet fluorescent.

Tous ces éléments peuvent indiquer la présence (ou le passage récent) de voleurs de cuivre. Dans tous ces cas, on ne saurait trop recommander un appel téléphonique au numéro d'intervention.

Assistance aux ferrailleurs

En dehors des riverains, Infrabel s'adresse également aux ferrailleurs, victimes eux aussi de ce genre de criminalité. Les ferrailleurs et les entreprises de recyclage belges risquent en effet de faire les frais des vols de câbles pour peu qu'ils achètent, sciemment ou pas, du matériel subtilisé.

Ils peuvent directement informer la police (au numéro d'urgence 101) de toute tentative de vente de câbles d’origine suspecte. Ils aideront ainsi les autorités compétentes à appréhender les voleurs de câbles et à traiter le problème en profondeur.

Bien entendu, il n'est pas toujours évident pour eux d'identifier l'origine des câbles proposés. C'est pourquoi, dans le cadre de leur campagne, Infrabel et la SNCB-Holding leur avaient envoyé un guide pratique avec photos et descriptions à même de les aider à identifier efficacement et rapidement le cuivre provenant du réseau ferroviaire belge.