La mesure de la ponctualité

Infrabel enregistre tous les retards qui surviennent sur le réseau et en attribue la cause. Mais comment la ponctualité est-elle mesuré? Et comment calculons-nous les résultats de ponctualité?

Comment mesurer la ponctualité?

La ponctualité du trafic intérieur est mesurée dans la gare terminus et – si le train emprunte la Jonction bruxelloise Nord-Midi – dans la première gare de cette Jonction Nord-Midi qui se trouve sur son trajet. C'est ainsi que la ponctualité d'un train d'Ostende vers Eupen est mesurée à Bruxelles-Midi et à Eupen. Si le train compte 6 minutes de retard ou plus, il est considéré comme non ponctuel. Le chiffre général de ponctualité reflète donc le pourcentage des trains arrivés avec moins de 6 minutes de retard à leur gare terminus et - s'il y a lieu - dans la première gare de la Jonction Nord-Midi sur leur trajet.

Pour pouvoir correspondre davantage encore à la réalité de chaque voyageur, on a prévu depuis 2008 deux chiffres de ponctualité supplémentaires:

  • Un chiffre qui tient compte du nombre de voyageurs à bord des trains: le retard d'un train bondé à l'heure de pointe pèse par exemple plus lourd que celui d'un train moins bien rempli aux heures creuses.
  • Un chiffre qui tient compte de la ponctualité sur tout le trajet du train. Cette ponctualité est mesurée en 95 points du réseau. On tient ainsi également compte du retard subi en cours de route, même si le train réussit à le rattraper et à arriver à destination à temps. Un train d'Ostende vers Eupen est donc également mesuré à Bruges, Gand, Louvain, ...

Qu'entend-on par neutralisation?

En tant qu'entreprise publique, Infrabel conclut un contrat de gestion avec l'autorité fédérale. Celui-ci fixe notamment les exigences pour la mesure des chiffres de ponctualité.

En vertu de ce contrat, Infrabel doit, outre le chiffre de ponctualité général, produire aussi un chiffre de ponctualité qui ne tient pas compte des retards causés par des sources - externes (vandalisme, agression, vols de câbles…) ni de ceux causés par les grands travaux d'investissement (comme le RER). Ces retards, qui ne sont imputables ni à Infrabel ni aux entreprises ferroviaires, sont “neutralisés”.

Le chiffre de ponctualité "avec neutralisation" n'est pas destiné à traduire la réalité telle que perçue par les voyageurs, mais il s’agit plutôt d’un outil permttant à Infrabel et aux opérateurs de dresser leur propre bilan.

Pour pouvoir se faire une idée générale de la ponctualité globale, on a plutôt intérêt à consulter le chiffre de ponctualité "sans neutralisation".

Qui est responsable?

En tant que gestionnaire autonome de l'infrastructure et gestionnaire du trafic ferroviaire, Infrabel veille à une attribution correcte des causes des retards. Pour ce faire, il existe grosso modo trois catégories principales: Infrabel, une entreprise ferroviaire ou des tiers. Si l'une des parties conteste la responsabilité qui lui est attribuée, on fait appel au service d'arbitrage neutre d'Infrabel qui a été créé à cette fin.

Infrabel dresse également l'inventaire de tous les trains supprimés (en d'autres termes, les trains qui n'ont pas pris le départ ou qui ont été limités à une partie de leur trajet) et note la raison de leur suppression.

Tous les chiffres et statistiques de ponctualité détaillés sont établis chaque mois par Infrabel et mis à la disposition des opérateurs ferroviaires.

Jetez un coup d'œil sur le dernier rapport ponctualité d'Infrabel